coline-burlet-buzz-rugby

Coline Burlet, louve sereine et pleine d’envie

Après une saison pourtant plutôt positive, nos féminines ont terminé la phase de poule à la quatrième place du classement, ne leur permettant pas d’accéder aux championnats de France. Déçues de ne pouvoir représenter Nancy Seichamps Rugby à XV au delà du Grand-Est, nos louves ne perdent pourtant pas espoir puisqu’après la saison à XV, vient la saison à VII. Ayant récemment appris qu’elle pourrait participer au championnat de France qui se déroulera les 19 et 20 prochains à Joué-les-Tours, les filles de Lahaye et Maladry ont entamé leur préparation.

Nous avons rencontré Coline Burlet, étudiante en médecine et joueuse au NSR depuis près de 5 ans, afin de recueillir ses impressions sur la saison à XV et ses attentes pour les échéances à VII à venir.

 

coline-burlet-buzz-rugby

 

Coline, c’est le genre de joueuse petite par la taille mais grande par l’envie. Le sport, elle y a goûté dès l’âge de 3 ans au club de basketball de Vittel. Puis son père, très sportif, lui a fait découvrir l’escalade, le ping pong, le handball, la plongée. Souhaitant s’essayer à un sport individuel en compétition, elle s’est ensuite inscrite à l’escrime – à l’épée plus précisément – et cela fut pour elle une expérience très enrichissante.

« Au lycée, le frère d’une de mes meilleures amies faisait du rugby au club de Vittel. Il nous a conseillé de venir essayer un entrainement avec les féminines qui cherchaient à recruter de nouvelles joueuses. Nous y sommes allées et on a direct accroché ! Depuis je n’ai pas cessé la pratique du rugby, cela va faire 7 ans.« 

Après 2 années avec l’équipe des cadettes de Lorraine où elle occupait le poste de demi-de-mêlée, la vittelloise d’origine a intégré la faculté de médecine de Nancy et a rejoint l’équipe féminine séniore du NSR. Tout d’abord attitrée à la mêlée, elle a acquis suffisamment de vitesse, de confiance et de technique pour évoluer ces deux dernières années au poste de centre. Nous lui avons posé quelques questions.

 

  • En tant que demi de mêlée titulaire, comment peux-tu décrire la saison à XV des féminines ?

La montée de cadettes et le retour d’anciennes joueuses expérimentées ont été bénéfiques pour l’équipe. On dispose d’un groupe avec un potentiel indéniable, ce qui s’est prouvé en première partie de saison où l’on termine deuxième de poule. Malheureusement, suite à de nombreuses blessures, la deuxième partie de saison s’est moins bien déroulée. En effet, il a fallut remanier l’équipe en faisant évoluer des joueuses à des postes nouveaux, faire des déplacements à effectif incomplet. Tout ceci a compliqué nos matchs et contrarié notre qualification pour effectuer les phases finales du championnat de France.

De mon point de vue de demi-de-mêlée, j’ai pu observer l’amélioration de nos avants dans les rucks, leur détermination, courage et résistance au défi physique, toujours prêtes à plaquer. Notre ligne de 3/4 a su prendre de la confiance et de l’assurance, au point d’être redoutée par les équipes adverses. Nous sommes une équipe qui se construit petit à petit et dont les ambitions sont grandes.

 

  • Quels ont été, selon toi, vos points forts et faibles ?

Comme je l’ai dis précédemment, nos point faibles ont été notre manque d’effectif en deuxième partie de saison, mais je dirais peut être aussi notre manque d’expérience et de sang froid.

Toutefois, nous avons des points forts incontestables qui sont pour moi la vitesse, le jeu au large et l’engagement défensif. Aussi la cohésion du groupe et la jeunesse de l’équipe sont pour moi un réel atout.

   

  • Quel est ton plus beau souvenir de cette saison à XV ?

Mon meilleur souvenir est la victoire à Lille que nous sommes allées chercher sous une météo des plus infernales (neige/pluie/vent glacial) avec un effectif réduit à 18 joueuses. Une victoire chez les lilloises à domicile n’est pas une tâche des plus faciles, et j’ai été très impressionnée par la ténacité, le courage et l’engagement dont chaque joueuse à fait preuve tout au long de ce match.

 

  • Votre qualification aux championnats de France à VII a du redonner un certain coup de boost à l’équipe. Avez-vous entamé une préparation ?

Il est clair que nous sommes ravies de cette nouvelle. Nous espérons réitérer l’exploit de notre dernière participation (2016), en se qualifiant comme seul club de fédérale en finale Élite.

Les entrainements vont donc à présent s’axer sur une préparation physique importante, une amélioration du jeu de passe et l’acquisition des « réflexes seven », à savoir le jeu sur toute la largeur, la défense « contrôle » et apprendre à poser le jeu, éviter la précipitation.

 

  • Qu’est ce qui, selon toi, différencie la pratique à VII de la pratique à XV chez les filles ?

Je pense que le jeu à XV se construit plus dans le défi physique, la puissance, tandis qu’au rugby à VII, la technicité individuelle et la vitesse sont des ingrédients clés. À VII, il faut être capable de réagir rapidement et d’improviser, c’est plus intuitif comme pratique du rugby.

 

  • Tu joues aussi dans l’équipe universitaire qui réalise un beau parcours, comment cela s’explique-t-il ? Y’a-t-il un lien avec le fait que la plupart des filles soient licenciées au NSR ?

Cette année nous disposons d’une belle et prometteuse équipe universitaire, en effet, la grande majorité de l’effectif compte des joueuses licenciées au NSR. C’est très certainement un atout pour nous car il existe une réelle cohésion. Nous jouons de manière plus fluide, nous nous faisons plus confiance. Le fait de se retrouver 3 fois par semaine entre les entrainements universitaires (le lundi) et ceux en club (mardi et vendredi) permet d’évoluer plus rapidement. Je pense que nous allons pouvoir faire un très bon résultat lors des finales Sevens à Bordeaux en mai ainsi qu’aux finales à X à Montpellier début juin. Je suis très enthousiaste concernant ces échéances !

 

La saison de nos louves est donc loin d’être terminée, puisqu’à peine finit le XV, c’est la préparation à VII qui s’enchaîne. Nos féminines sont optimistes et auront besoin d’un soutien aussi fort que celui qu’elles ont reçu lors de la première partie de saison pour espérer atteindre leur objectif : une qualification aux phases finales à 7 Élite !

Rendez-vous à Joué-les-Tours les 19 et 20 mai prochains !